Etudier en Chine
Etudier en Chine
étudier à l'international

Etudier en Chine

système des études

  • Les établissements pour étudier en Chine :

Actuellement, la Chine compte environ 2000 établissements dédiés aux études supérieures, classés selon plusieurs catégories dans lesquelles les formations dispensées sont différenciées. Le système est globalement assez élitiste, avec des places de moins en moins nombreuses au fur et à mesure de l’avancée dans les études, seuls les meilleurs peuvent donc continuer à étudier.

Le choix du type d’établissement pour un étudiant repose uniquement sur le Gaokao, test administré à la fin de l’enseignement secondaire. S’il est réussi, il pourra entamer des études longues de 4 ans ou plus. Dans le cas contraire, il se tournera vers des formations professionnelles courtes en 2 ou 3 ans, ou dans le pire des cas sera exclu du système universitaire chinois.

Les étudiants étrangers ne se voient pas administrés ce test, les recrutements étant uniquement sur dossier. En revanche, la maîtrise d’un niveau minimum en chinois est obligatoire pour pouvoir rentrer dans un cursus en Chine. Pour ceux ne maîtrisant pas la langue, il est toutefois possible de postuler dans des cursus en anglais.

  • Les différents cycles universitaires et diplômes chinois :

Les universités sont classées en différentes catégories dispensant chacune des diplômes différents. Il prend distinguer plusieurs diplômes regroupés dans trois cycles de formation :

Le premier cycle : Il est découpé en plusieurs diplômes n’ouvrant pas aux mêmes débouchés

  • Le “Dazhuan” : de niveau bac +2 ou bac +3, c’est une formation courte de type professionnelle qui a pour but l’insertion sur le marché de l’emploi. Elle ne permet pas de continuer les études, du moins dans le système universitaire chinois. Elle est dispensée dans des établissements de types “Zhuanke” qui représentent 58% des établissements d’études supérieurs en Chine.
  • Le “Benke” : de niveau bac +4, il est l’équivalent de la licence européenne ou du bachelor anglais. 37% des établissements du pays sont habilités à dispenser cette formation. Son obtention permet de passer les concours permettant la poursuite d’études. 

Le second cycle : Il correspond à un seul diplôme accessible sur concours uniquement après un “Benke” ou ses équivalents internationaux.

  • Le “Shuoshi” : de niveau bac +6 ou +7, accessible après un “Benke” ou ses équivalents. L’entrée se fait sur concours et les places sont limitées car les établissements proposant le “Benke” ne peuvent pas forcément proposer par la suite le “Shuoshi”.

Le troisième cycle : Il correspond au cycle de l’élite, et les places sont limitées.

  • Le “Boshi” : de niveau bac +9 ou +10, accessible après un “Shuoshi”. Pour les étudiants étrangers, il faudra attester d’un excellent niveau scolaire, mais aussi en anglais et en chinois et posséder au moins un master avec mention, voir un doctorat.

admission et inscription

  • Procédure de candidature :

Les inscriptions aux universités chinoises peuvent se faire de deux manières. Il est possible de postuler individuellement à chaque université en téléchargeant le dossier d’inscription sur son site web, ou de vous inscrire via le site CUCAS, qui permet de postuler de 1 à 6 formations et universités différentes de manière simplifiée, en vous guidant pas à pas.

La première solution est la plus recommandée, mais aussi celle qui risque de prendre l’avantage sur toutes les autres. Il y a de fortes chances que d’ici quelques années, la quasi-totalité des inscriptions aux universités en Chine se fassent via le site CUCAS, pour des raisons de facilité.

Les documents nécessaires lors des inscriptions aux universités chinoises sont la plupart du temps :

  • Le diplôme du baccalauréat.
  • Les relevés de notes.
  • Une lettre de motivation.
  • Eventuellement, une lettre de recommandation d’un professeur.
     
  • Exigences linguistiques :

La maîtrise du mandarin n’est pas obligatoire : vous pouvez choisir un cursus en anglais dans certaines universités.

La langue chinoise, dont le dialecte le plus répandu est le mandarin, est la langue d’enseignement de la majorité des universités chinoises. S’il existe des centaines de formations en anglais en Chine, souvent dédiées en majorité aux étudiants internationaux, il est tout à fait possible pour les étudiants maîtrisant le chinois de rejoindre une formation dans l’une des universités du territoire, dispensée en mandarin.

Pour prouver votre niveau, une seule solution, passer le test HSK évaluant votre niveau de maîtrise de la langue officiellement, et étant accepté par toutes les universités chinoises.

coût et financement

La Chine est un pays en pleine croissance, le coût de la vie y évolue donc rapidement. Actuellement, dans une ville comme Pékin, la capitale, le salaire moyen est de 500 euros par adulte. Globalement, il vous faudra donc un budget moyen de 500-600 euros en tant qu’étudiant par mois, tout en prenant en compte que les frais sur place sont environ 3 fois moins élevés qu’en France par exemple (alimentation, internet, transports…).  Au final, on obtient un coût global bien inférieur à celui d’un étudiant français pour un confort souvent supérieur au niveau du logement et de la qualité de l’alimentation.

 

Voici une simulation d’un budget s’étalant sur 36 semaines d’études. N’oubliez pas que lors de votre arrivée en Chine, il vous sera demandé de prouver que vous pouvez vivre sur place durant toute la durée de vos études.

 

Dépenses

Budget

Avion Aller- Retour

900 euros

Logement (location chambre appart Campus)

2000 euros

Sport

40 euros

Frais de scolarité

2500  euros

Assurance (offre Chapka)

250 euros

Nourriture

36 x 30 = 1080 euros

Divers (loisirs sorties, tourisme, shopping, téléphone)

20 x 36 semaines = 720 euros

Total

7490 euros